« A Buenos Aires à l’époque, on pouvait danser dans les cabarets toutes les danses, sauf une… et surtout une passe… celle-là était interdite. »

Ce spectacle propose un nouveau syncrétisme musical avec la rencontre de l’auteur-compositeur-interprète Yanowski et du pianiste-arrangeur-compositeur Gustavo Beytelmann. Cette rencontre entre des univers et registres très différents génère et ouvre de nouvelles possibilités artistiques, portées par ces musiciens compositeurs d’un immense talent.

Des troquets enfumés argentins aux cabarets slaves, « La passe interdite », ce sont douze chansons entre naturalisme et fantastique : un homme confronté à l’image de son miroir, l’histoire d’un couple pragois et leur étrange poupée mécanique, une auberge slave dans laquelle les mourants festoient une dernière fois, un violoniste habité par le démon, et ce fameux pas de danse interdit aux profanes…

Des chansons qui nous parlent d’amour, de folie, d’amitié avec humour, poésie et dérision ; qui disent l’aventure, le voyage, mais aussi la désillusion. Elles dépeignent un univers passionné, inspiré par la fougue des musiques d’Europe de l’Est, scandé par les envolées trépidantes du violon et la fantasmagorie de Yanowski.

 

Le travail vocal quotidien et l’expérience acquise avec ses professeurs de chant lyrique (J.F. Vauquelin, L. Sarrazin) amènent YANOWSKI et sa voix si particulière à une performance vocale impressionnante. Ses talents d’interprète, son immense charisme et les nombreuses scènes qu’il a pu faire avec Le Cirque des Mirages depuis plus de dix ans en France (plus de 1000 concerts), ont marqué les mémoires des publics, des programmateurs et des médias.

Par ailleurs, ses talents d’auteur ont été réunis (Anthologie de ses textes aux éditions Le Dilettante intitulée « Crimes d’orties blanches » qui s’inscrit dans une tradition littéraire et poétique) et sont à présent unanimement reconnus  (« Zorbalov », conte pédagogique destiné aux enfants commandé par Radio France avec l’Orchestre National de France au Cirque d’Hiver, « Elégie de l’amour obscur », un de ses grands poèmes lyriques mis en musique pour quatuor à cordes par Guillaume Connesson lors du Festival de la Meije, commande d’un conte musical avec la compagnie Arties à La Ferme du Buisson, projet d’un opéra conte par l’Abbaye de Noirelac etc.).

 

L’écriture musicale de Gustavo BEYTELMANN est classique tout en élargissant les frontières du genre avec ses accents argentins et stravinskien. Le parcours de BEYTELMANN (Piazolla, Mosalini, Le Gotan Project, Catherine Ringer…) est celui d’un musicien classique né en Argentine et marqué par son pays. A l’instar d’un Bartok, il établit des passerelles entre musique savante et musique populaire. La musique du spectacle est une musique vivante sans devenir pour autant musique du monde car profondément enracinée dans les règles de l’harmonie et de l’écriture classique.

 

Le lancement  de La Passe Interdite à La Salle Gaveau est la première étape d’un projet développé sur trois ans, avec des tournées, le Festival d’Avignon en juillet 2014 et un retour à Paris pour une série de dates en 2015-2016…